Fêter les six années de création à la Maille – Fermeture du lieu

Cher(e)s amies, cher(e)s adhérent(e)s,

Nous serions heureux de vous retrouver autour d’un verre le lundi 13 juillet à partir de 19h pour fêter ces six années de création, d’échanges, d’expériences, de partage du sens et du non sens, avec la joie que nous avons eu de présenter notre travail, de découvrir de nouveaux auteurs, de nouvelles équipes, de vous accueillir ici…

Nous avons défendu notre îlot jusqu’au bout. Aujourd’hui faute de moyens financiers pour engager la saison 2015-2016 nous fermons La Maille. Lire la suite →

La Maille menacée de fermeture – lettre ouverte

En décembre 2013, le conventionnement1 de notre compagnie Théâtre A, mis en place en octobre 2009 par la Commission Culturelle Permanente de la Région Île-de-France, est brutalement remis en cause suite à la réunion d’une nouvelle commission consultative chargée d’examiner le renouvellement des compagnies conventionnées dans le cadre du dispositif de la Permanence Artistique et Culturelle. Principalement, l’argument invoqué est l’insuffisance d’engagement d’un deuxième partenaire dans le projet, à savoir ici la Municipalité des Lilas, commune sur laquelle nous nous sommes implantés. Lire la suite →

La Bataille de Chaillot

de et avec Serge Pauthe

SAMEDI 21 MARS 2015 > 20h30 à la Maille

DIMANCHE 22 MARS > 16h à la Maille

Une rencontre avec Serge Pauthe aura lieu à l’issue de la représentation


L’histoire de Jean Vilar, fondateur du festival d’Avignon (1947) et directeur du Théâtre National Populaire (1951/1963)

« Je laisserai le mythe et l’épopée dans le lointain. Ce qui m’intéresse aujourd’hui est moins le style que la morale. Je ne jouerai pas la nostalgie, le spectacle-rétro des années cinquante. Je ne chercherai pas le sosie de Vilar pour le représenter à la scène comme à la ville. Je veux gratter nos racines et chercher d’où l’on vient, reconstruire notre histoire du Théâtre Populaire qui date d’à peine cent ans.

Il s’agit, j’en suis sûr, de découvrir un poète.

Je prouverai que Vilar est aussi beau à dire pour un comédien qu’un texte de Shakespeare ou un conte de Maupassant.

Les spectateurs seront du voyage. Il ferait beau voir qu’ils en soient exclus. »

S. Pauthe