Affiche Comme il vous plaira

« Comme il vous plaira », William Shakespeare

 

Mise en scène et adaptation Armel Veilhan

Avec Gregory Custo, Jean-François Deman, Marie Fortuit, Stéphanie Le Tohic, Soizic Martin, Gwenaëlle Nicolas, Violaine Phavorin, Armel Veilhan, Eve Zandi

Régie Julien Comte

Peinture Olivier Adelen


2005-2006 Spectacle école. Résidence de création au Château de la Roche Jagu (Conseil Général des Côtes d’Armor) dans le cadre des « Arts en chemin ».

Soutien du Théâtre du Soleil (Paris 12ème), du Théâtre Nanterre-Amandiers (Nanterre), du Théâtre de la Madeleine (Paris 8ème), de la municipalité de Saint Gaudens, du City (Lorient), des Amphis-scènes (Vaux-en-Velin), du Théâtre de l’Usine (Choisy le roi), de Confluences (Paris 20ème).

Ce qu’en dit la presse

logo Ouest france

Annonce du 4 mars 2005

Comédiens en herbe cherchent un toit

Les élèves-comédiens de l’école d’Armel Veilhan présenteront leur travail 23 avril au City. Ils souhaitent pourvoir dormir chez l’habitant pour partager leur passion du théâtre.

L’idée est venue du metteur en scène. Lui s’appelle Armel Veilhan. Il viendra présenter sa création à Lorient le 23 avril prochain au City. Il s’agit de la pièce Comme il vous plaira, de William Shakespeare. Il mettra en scène les huit élèves qui ont suivi ses cours pendant deux ans dans son école à Paris. C’est le deuxième spectacle-école qu’il présentera à Lorient. Cette fois, il veut aller plus loin et profiter de ce passage pour partager un peu plus qu’une simple soirée de théâtre. « Mes élèves comédiens aimeraient trouver des correspondants de leur âge, entre 19 et 23 ans, passionnés par le théâtre, pour partager un moment ensemble. » Concrêtement, il s’agit de trouver huit foyers susceptibles d’accueillir les comédiens en herbe pendant deux nuits. Le spectacle a pour but de mettre les élèves dans les conditions d’une vraie création avant leur sortie de l’école. S’il a respecté le texte de l’auteur élisabéthain, Armel Veilhan a fait une lecture de la pièce plus actuellle. « C’est une pièce sur l’Amour qui se base sur la haine, l’éxil et la douleur du bannissement, explique le metteur en scène. J’ai transposé l’histoire d’un opprimé et d’un opresseur entre un arabe opprimé et un occidental américain oppresseur. Je veux que ce spectacle soit porteur de paix, d’espoir, sous l’angle d’une révolte de l’opprimé. » Armel Veilhan est interpellé par tout ce qui touche le monde arabe. Il a déjà monté des spectacles sur l’Algérie.

Benjamin Bassereau

photos élèves