La Maille menacée de fermeture – lettre ouverte

En décembre 2013, le conventionnement1 de notre compagnie Théâtre A, mis en place en octobre 2009 par la Commission Culturelle Permanente de la Région Île-de-France, est brutalement remis en cause suite à la réunion d’une nouvelle commission consultative chargée d’examiner le renouvellement des compagnies conventionnées dans le cadre du dispositif de la Permanence Artistique et Culturelle. Principalement, l’argument invoqué est l’insuffisance d’engagement d’un deuxième partenaire dans le projet, à savoir ici la Municipalité des Lilas, commune sur laquelle nous nous sommes implantés.

Pourtant Monsieur le Maire qui nous reçoit le 9 mars 2015, est lui-même indigné et choqué de cette décision qui ne prend pas en compte le travail d’ancrage de La Maille sur la commune et le département, ainsi que, depuis 2011, les efforts grandissants de la commune pour soutenir le projet moralement et financièrement2.

Après un an de combat quotidien où nous avons apporté tous les éléments nécessaires à éclairer notre bilan et nos perspectives,
À nous inscrire en faux contre les conclusions de la commission et à faire entendre notre voix visant à objectiver la situation, ainsi que celle de Monsieur Daniel Guiraud, Maire de la commune des Lilas qui s’exprime, dès le 6 mars 2014, dans une lettre adressée à Monsieur Julien Dray vice-président de la Région en charge de la Culture « … suite à nos récentes réunions, conscients que La Maille est un lieu intermédiaire qui mérite d’être soutenu, et malgré nos difficultés réelles de budget pour augmenter significativement dès cette année leur subvention au fonctionnement, nous avons tenu à faire un signe en direction de cette permanence artistique bénéfique à La Maille. »

Promesse tenue par le Maire qui, en 2015, a porté l’aide municipale au-dessus de la barre des 30% de la subvention demandée à la Région.  Après une année où, malgré ce coup porté à notre lieu et à notre compagnie, nous sommes parvenus à poursuivre jour après jour notre activité de création, à équilibrer les comptes des exercices 2013 et 2014 (contrôlés par Audit Fiduciaire), à accueillir en résidence les compagnies programmées à La Maille depuis décembre 2013, à jouer, à mettre en scène, à créer malgré tout, à ouvrir notre lieu La Maille chaque jour de la semaine.

Après une année à réfléchir sur les solutions alternatives à porter pour maintenir l’ouverture de La Maille, maintenir les représentations, les Boîtes à Outils du Lundi, maintenir les ateliers amateurs, la formation professionnelle continue, le travail quotidien,

À maintenir la diffusion de notre dernière création Nothing hurts programmée au Triton et à engager la réalisation de la prochaine Si bleue, si bleue, la mer programmée à La Maille et au Théâtre du Garde-Chasse qui a soutenu l’équipe de La Maille dès son arrivée dans la commune,

À parler aux publics, aux adhérents, aux professionnels, aux camarades, aux amis,
À rencontrer par deux fois Elise Czernichow et Elisabeth Henry du bureau du spectacle vivant de la Région,

À croire, à l’issue de ces entretiens, que nous serions entendus de la Commission Culturelle Permanente à qui plusieurs notes du bureau du spectacle vivant de la région étaient remontées afin que notre subvention soit rétablie,

À croire que nous serions compris, soutenus,
À croire aux forces du dialogue, de la concertation,

Nous, Marie Fortuit et Armel Veilhan, artistes associés de la Compagnie Théâtre A, et co-fondateurs de La Maille, lieu intermédiaire dévolu à la création théâtrale contemporaine, nous vous informons de la menace de la fermeture de la Maille à l’issue des prochaines représentations, du 18 au 30 mai 2015, de notre dernière création Si bleue, si bleue la mer, de Nis-Momme Stockmann avec Marie Fortuit, Romain Dutheil, Guillaume Mika, mise en scène Armel Veilhan.

Après cinq années d’activité permanente où l’utopie était devenue réalité, démontrant son efficacité et sa pertinence en terme de créations artistiques, d’accueil des compagnies et des projets, d’accueil des publics et des auteurs vivants, d’actions artistiques sur le territoire, de travail avec les amateurs, les apprenants… Le déconventionnement menace notre compagnie a fermer les portes de La Maille, cet ancien entrepôt de bois et de charbon que nous avions transformé en lieu de création au cœur de la Cité.

Avec le soutien de nos adhérents, du réseau Actes-If et de la Mairie des Lilas qui ont tous deux interpellés la Région Île-de-France et M. Jérôme Impellizzieri président de la Commission Culturelle Permanente,

Nous demandons à la Région Île-de-France de rétablir dans les plus brefs délais le conventionnement de notre compagnie.

Nous invitons toutes celles et tous ceux qui se sentent concernés par la suppression arbitraire d’un lieu de création, en pleine dynamique, sur la carte du paysage culturel, à nous écrire à :

lamaille.cie@gmail.com

ou par courrier postal à :

La Maille – cie Théâtre A
43 rue du Coq Français
93260 Les Lilas

Nous souhaitons récolter toutes vos paroles de contestation, d’indignation, de soutien… et de les porter au devant des pouvoirs publics.

Présents plus que jamais sur le front de la création, nous vous invitons aux représentations de Si bleue, si bleue, la mer de Nis-Nomme Stockmann du 18 mai au 30 mai 2015.

Marie Fortuit et Armel Veilhan
artistes associés de La Maille – cie Théâtre A

www.theatrea.fr
téléphone administration : 01 75 34 88 79
mail : lamaille.cie@gmail.com

1 20.000 euros attribués en 2009 et reconduits en 2010 pour trois ans après une année d’essai jugée satisfaisante. Dispositif PAC.

2 en 2015 : 15.00 euros au fonctionnement et, 5.300 euros d’aide à la création, soit un total de 6.800 euros de subventions attribuées à la Compagnie et reconduites en 2016.